Focus sur le profil des futurs négociateurs immobilier !

Par devoir de transparence, et dans le cadre de certaines obligations liées à notre activité d’organisme de formation, nous sommes tenus de récolter différentes informations auprès de nos apprenants afin notamment de dresser leur profil type, et de tenir à jour l’évolution de leur situation à la suite de la formation, et ce à 3 mois, 6 mois et 1 an.
Nous sommes ainsi ravis de vous partager les dernières données statistiques et non-nominatives (évidemment !) des 228 derniers apprenants audités.

Faut-il avoir une expérience dans l’entreprenariat pour devenir négociateur immobilier ?

Le statut de négociateur immobilier est souvent associé à celui d’indépendant (micro-entreprise, portage salarial, agent commercial, etc) dans l’inconscient collectif. Rattaché et accompagné par un réseau ou une enseigne, le nouveau négociateur immobilier se lance alors dans une aventure entrepreneuriale. Pour autant, nous sommes en droit de nous demander "faut-il avoir déjà eu une expérience en tant que chef d’entreprise ou indépendant pour réussir sa reconversion". A cela nos chiffres sont très clairs : moins d’un apprenant sur cinq était auparavant entrepreneur ! Et pour les ¾ d’entre eux, c’était un poste de salarié qu’ils occupaient au préalable.

Quel niveau d’études pour devenir négociateur immobilier ?

Pré-intégration à la formation, nous pouvons constater que plus de 70% des apprenants avait un niveau BAC ou inférieur (dont 20% niveau BEP/CAP et 2% sans niveau). Ceux ayant un niveau équivalent à celui du Titre RNCP de la formation, à savoir BAC+2, étaient à hauteur de 17%, quand les niveaux Licence représentaient 11% et les niveaux Master ou supérieur à peine 1%.
A la sortie de la formation, et au travers de la validation du Titre RNCP de Négociateur Technico-commercial option immobilier, c’est une certification professionnelle de niveau V (équivalent BAC+2) qui sera remis aux lauréats par le Ministère du Travail.

Quel est l’âge moyen des négociateurs immobilier ?

Se tiennent, dans un mouchoir de poche, 3 catégories d’âge : les 18/29 ans, les 30/39 ans et les 40/49 ans, oscillant entre 25 et 30% de nos apprenants audités. Les 50/59 ans ne sont néanmoins pas en reste avec 15% de représentativité. Quant au plus de 60%, ils ont diminué de moitié par rapport à notre précédent audit pour ne représenter plus que 2% du total.
Dans la pratique, et passant outre l’adage concédant que la compétence n’attend pas le nombre des années, on peut aisément estimer que le métier de négociateur immobilier est accessible quelque soit l’âge, et que chaque réseau / enseigne immobilière possède ses propres critères quant au profil de leurs futurs recrutés.

Est-ce facile de valider le Titre NTC option immobilier ?

Rien n’est moins sûr ! En tant que Titre d’Etat, encadré par le Ministère du Travail et les branches professionnelles, le Titre RNCP de Négociateur Technico-Commercial est tout autant complet qu’il n’est exigeant. Effectivement, les différentes épreuves porteront sur les techniques commerciales possédées par l’apprenant, son savoir-être, la compréhension d’une étude de cas, ainsi que sur un rapport de missions, opérées lors d’un stage.

On peut ainsi constater plusieurs cas de figure dans le cadre du passage du Titre à la suite de la formation de négociateur immobilier : 1% des apprenants n’ont pas souhaité se présenter à l’examen (100% d’entre eux déclarent qu’ils ont eu une proposition d’emploi à la fin de la formation et considèrent ne pas avoir besoin de valider le titre) ; 10% des apprenants n’ont validé aucune des deux parties du Titre NTC ; 9% ont eu seulement 1 des 2 parties du Titre NTC ; et enfin 80% ont été reçu, c’est-à-dire ont validés les deux parties du Titre. En d’autres termes, et malgré la semaine de préparation à l’examen consacrée en fin de formation, le Titre est à prendre au sérieux par chacun des candidats, et mérite de s’y pencher avec attention !

Et après la formation de négociateur immobilier ?

Trois mois après la fin de la formation, 80% des apprenants sont en poste dans l’immobilier. Sur l’ensemble des 228 apprenants audités, 67% sont indépendants (agents commerciaux) ; 12% sont salariés, et 2% de responsables d’agence immobilière. A six mois fin de formation, 74% sont toujours en poste dans l’immobilier, ratio qui évolue à 1 an pour représenter 65% des apprenants initiaux. Quoi qu’il en soit, 84% des apprenants ont affirmé que la formation avait répondu à leurs attentes initiales, et 100% d’entre eux considère que la formation leur a été utile pour leur poste ou leur retour à l’emploi. N’hésitez pas à aller consulter leurs  avis sur « avis vérifiés » ou google !