Le gestionnaire locatif, aussi appelé chargé de gestion locative, est un professionnel de l’immobilier (plus précisément du segment locatif). Ayant pour charge de veiller au bon déroulement de tout le process de location d’un bien (appartement, maison, local commercial, etc), ses missions commencent avant même la signature du bail, jusqu’à la rupture de celui-ci. Focus sur ce métier de l’immobilier, ses missions, ses compétences, et les formations qui amènent a exercer le métier de gestionnaire locatif !

Quelles sont les missions d’un chargé de gestion locative ?

  1. Il rencontre les propriétaires l’ayant mandaté dans le cadre d’un contrat de gestion locative, et établit avec eux le montant du loyer ;
  2. Il rédige l’offre de location, détails le bien et son contexte, et publie cette dernière tant sur les médias papiers que numériques ;
  3. Il recherche des locataires potentiels pour le bien sous mandat de gestion, leur présente le bien, et s’assure de leur solvabilité ;
  4. Il procède à l’état des lieux, fait signer le bail (locatif ou commercial), et présente les conditions légales inhérentes à cette signature ;
  5. Une fois les locataires en place, il est l’interlocuteur privilégié entre eux et les propriétaires ;
  6. Il se charge de l’envoi et du suivi des quittances de loyers, ainsi que des éventuelles procédures contentieuses en cas de retard de paiement ;
  7. Enfin, il n’est pas rare que le gestionnaire locatif ait à charge les diverses diagnostics obligatoires, et qu’il opère une révision des loyers.

Pourquoi devenir gestionnaire locatif ?

  1. Parce que vous mêlez dans votre travail des compétences relationnelles, commerciales, juridiques et techniques ;
  2. Parce que vous allégez, par votre mission, les propriétaires du poids de la gestion d’un bien, tant vis à vis de la carence et vacance locative, que vis à vis de la gestion du paiement des loyers ;
  3. Parce que vous êtes un maillon essentiel du marché locatif, et que votre métier fait sens, tant pour les propriétaires que pour les locataires ;
  4. Parce qu’il s’agit d’un métier gratifiant, autant que l’est celui de négociateur immobilier, puisque vous découvrez et faites se rencontrer deux besoins différents ;
  5. Parce qu’il n’a rien de routinier, et vous permet d’allier travail « en bureau » et déplacement.

Gestionnaire locatif : avez-vous le profil ?

Vous vous demandez si le métier de gestionnaire locatif est fait pour vous ? Alors voici un top 5 des des compétences et savoir-être indispensables à l’exercice de ce métier :

  1. Un très bon relationnel, une véritable envie de comprendre les besoins et contraintes de ses clients (propriétaires et locataires), bref, un sens commercial affûté !
  2. Une connaissance pointue du marché immobilier locatif de son secteur géographique, et une veille régulière de son évolution.
  3. Une bonne technicité, à l’instar d’un négociateur immobilier, quant aux normes et autres diagnostics de biens à la location.
  4. Une véritable rigueur administrative, car les dossiers seront divers et variés, et il faudra être capable de jongler aisément de l’un à l’autre.
  5. Une connaissance approfondie du cadre juridique et législatif, car il est garant de bonne rédaction et gestion de documents contractuels importants.

Et ça gagne combien un chargé de gestion locatif ?

Début de carrière : entre 1900 et 2100 euros bruts mensuels
Après 3 à 5 ans : environ 2400 euros bruts mensuels
Fin de carrière : environ 3500 euros bruts mensuels

Auprès de quelle.s société.s fait-on le métier de gestionnaire locatif ?

Très bonne question ! Effectivement, le métier de gestionnaire locatif pour s’effectuer auprès de plusieurs « types d’employeur », parmi lesquels nous pouvons citer :

  1. auprès d’agences immobilières ;
  2. auprès de cabinets spécialisés dans le syndic de copropriété ;
  3. auprès d’administrateur de biens ;
  4. auprès de promoteurs immobiliers ayant une branche gestion locative ;
  5. auprès d’offices semi-publics ou publics.

Quelles formations permettent d’être formé au métier de gestionnaire locatif ?

  • BTS (ou DUT) immobilier ;
  • Titre RNCP de type commerce, Niveau III (BAC+2), option immobilier ;
  • Licence professionnelle immobilière ;
  • Master en droit immobilier